Savoir ecouter ou comment faire de l’ecoute active ?
Bien, Télévision

Savoir écouter ou comment faire de l’écoute active ?

Savoir écouter est un élément indispensable pour communiquer efficacement. Entendre et écouter sont d’ailleurs deux attitudes complètement différentes. Prenons-nous encore le temps de nous écouter ? Lorsque nous prenons ce temps, notre écoute est-elle de qualité et surtout, comment l’améliorer ? 

Savoir écouter exige un contrôle de soi ainsi qu’un effort d’attention et de compréhension. C’est ce qui nous permet de bien capter le message de l’autre.

Lorsque notre écoute est de mauvaise qualité, il arrive souvent que : 

  • L’on passe à côté de l’essentiel du message
  • L’on reste centré sur soi
  • L’on ne se concentre pas sur la conversation, notre attention est portée vers autre chose, etc.

Une mauvaise écoute risque de provoquer plusieurs effets néfastes. La personne qui se confie aura sans doute l’impression que ce qu’elle vit n’est pas important pour l’autre. Elle risque aussi de se sentir incomprise, seule, ou encore inadéquate. Elle ressentira probablement de la colère, et avec raison !  

Une mauvaise écoute manque souvent : 

  • D’empathie, ça, c’est la capacité à reconnaître et comprendre le vécu d’une autre personne.
  • De sympathie, ça, c’est la capacité de ressentir la même chose que l’autre, d’être submergé par le vécu de l’autre.
  • D’écoute active.

Mais heureusement, écouter, ça s’apprend et ça se pratique ! Le psychologue américain Carl Rogers (1902-1987) a énormément contribué à la définition et l’enseignement de l’écoute active en élaborant l’Approche centrée sur la personne.  Cette approche propose d’établir une relation de qualité centrée sur l’expérience de notre interlocuteur. 

Pour faire de l’écoute active, il faut :

1. Choisir un contexte approprié.

2. Être conscient du langage non verbal : avoir une présence attentive, regarder et hocher la tête.

3. Faire preuve d’ouverture d’esprit : on ne juge pas !

4. Se centrer sur l’expérience de la personne : les sentiments sont plus importants que les détails circonstanciels.

5. Utiliser des reformulations brèves : il s’agit de redire ce que nous avons compris du message de l’autre, de ses pensées et de ses sentiments, dans nos propres mots.

6. Poser des questions ouvertes : « Qu’est-ce qui t’est arrivé ? », « Comment as-tu réagi ? » plutôt que des questions fermées qui se répondent par oui ou non ou par une information spécifique.

7. Éviter les « pourquoi  », qui peuvent donner l’impression à l’autre qu’il doit se justifier.

8. Tolérer les silences. L’écrivain et orateur Jiddu Krishnamurti le disait : « écouter est un acte de silence ».

L’écoute active a plusieurs effets positifs. Elle crée un sentiment d’apaisement et brise l’isolement. Elle permet de clarifier les situations, mais surtout, elle améliore l’estime de soi et suscite l’espoir. 

Autrement dit, prenons le temps d’écouter les autres et osons nous ouvrir aux autres. C’est toujours en s’unissant que les humains sont plus forts. Après tout, l’écoute est la meilleure porte à la communication. Sachez aussi qu’il existe des Centres d’écoute partout au Québec. Vous trouverez les coordonnées à cette adresse :  https://www.acetdq.org/centres-ecoute

On s’écoute xoxo
Avec la collaboration de Stéphanie Roy

Pour avoir plus d’informations ou revoir l’émission, rendez-vous sur notre page Facebook

Previous Post Next Post

You Might Also Like